Retour vers le passé : Arachnophobie (1990)

 

REALISATEUR

Frank Marshall

SCENARISTES

Don Jakoby et Wesley Strick

DISTRIBUTION

Jeff Daniels, Harley Jane Kozak, John Goodman, Julian Sands…

INFOS

Long métrage américain
Genre : comédie/horreur
Titre original : Arachnophobia
Année de production : 1990

Prolifique producteur et collaborateur régulier de Steven Spielberg (que l’on retrouve ici en tant que producteur exécutif) depuis Les Aventuriers de l’Arche Perdue, Frank Marshall n’a réalisé en tout que quatre longs métrages, le meilleur restant son tout premier, Arachnophobie (pour être complet, il a aussi tourné des documentaires et les scènes en prises de vue réelles de deux courts métrages Roger Rabbit). L’acteur Jeff Daniels a comparé le script original à un film d’horreur très basique et c’est après plusieurs réécritures que le ton voulu, avec plus de légèreté et d’ironie, a été trouvé.

Une expédition au Venezuela à la recherche de nouvelles espèces de papillons tourne mal : un photographe meurt après avoir été mordu par une énorme araignée. Son corps est rapatrié en Amérique mais personne ne se rend compte que la (très) grosse bébête s’est introduite dans le cercueil. Arrivée à Canaïma, petite ville de campagne, l’araignée pénètre dans la grange du docteur Ross Jennings, qui vient de s’installer avec sa famille, et commence à se reproduire, créant une race particulièrement mortelle…

 

 

Arachnophobie reprend le schéma classique de la petite ville menacée par des créatures, source d’innombrables bisseries et zèderies (l’utilisation des arachnides rappelle notamment L’Horrible Invasion avec William Shatner) tout en s’inspirant de classiques comme Les Oiseaux et Les Dents de la Mer. Un vrai Jaws campagnard d’ailleurs, quand on voit les points communs avec le chef d’oeuvre de Steven Spielberg.

La famille Jennings est la nouvelle venue dans la communauté, les théories du docteur sur les araignées sont moquées dans un premier temps (et comme Martin Brody, Jennings a une phobie), il y a un Matt Hooper (joué par Julian Sands) et une version comique de Quint (savoureux John Goodman). Le final voit même Jennings séparé des autres et affronter seul l’araignée en chef. Ces influences sont bien intégrées dans une intrigue solide qui rend un hommage sincère et efficace à la grande époque des creatures features. Il n’y a peut-être pas beaucoup de surprises mais la caractérisation est bonne, les scènes d’exposition ne sont pas ennuyeuses et Frank Marshall sait entretenir le suspense dans plusieurs scènes-clé.

 

 

Bien servi par une sympathique distribution (Jeff Daniels en tête, entouré par une galerie de ces acteurs-dont-on-se-rappelle-le-visage-mais-jamais-le-nom), Arachnophobie est un bon film d’horreur tous publics, aussi divertissant (c’est fun, avec cette ambiance typique des productions Amblin, et ça monte bien en puissance) que pas trop effrayant…sauf pour les arachnophobes comme votre serviteur (rien que la photo ci-dessus me file les frissons) !

Arachnophobie a été adapté en comic-book par Hollywood Comics (un label de Disney, tout comme le co-producteur Hollywood Pictures était une filiale de la maison de Mickey) avec Dan Spiegle aux dessins…un album publié en France à l’époque.

 

 

Commentaires (0)