8
Les Carnets de L'Apothicaire

par Auray le dim. 21 févr. 2021 Staff

Un secret bien gardé

C'est en grande pompe que les Éditions Ki-Oon ont annoncé leur nouvelle licence, les carnets de l'apothicaire. Outre les couvertures très travaillées, on se demande si l'intérieur fait de même et tient ses promesses. Ce qui est sûr, c'est qu'en s'approchant du résumé au dos, on sait que l'on met le nez dans un manga qui sort de notre ordinaire.

En ce moment, je trouve qu'il y a beaucoup de scénarios adaptés de romans. Les carnets de l'apothicaire ne font pas exception, puisqu'il appartient à l'origine à Natsu Hyuuga, le tout sera mis en story-board par Itsuki Nanao. Aux dessins, ce sera cette fois Nekokurage qui s'y colle. Apparemment, ils sont encore inconnus en France, mais je pense que ce seront des artistes à suivre à l'avenir.

Le transfert du roman au manga ne souffre pas de défauts en particulier. On s'éprend rapidement de cette histoire tendre et cruelle à la fois. Effectivement, on est au cœur du quartier des femmes du palais impérial. On y suit une fille pas comme les autres, une petite nouvelle du nom de Mao Mao. Son plan est surtout de se faire oublier et de partir au plus vite, et, peut-être même d'exercer de nouveau son métier de base, apothicaire. Sa beauté étant pour elle quelconque, ça ne devrait pas être difficile de passer entre les mailles du filet. Mais son grand cœur la perdra lorsqu'elle se retrouve au centre d'une affaire de poison. Par la suite, elle se fera des amies fidèles et des ennemis qui peuvent faire basculer ce fragile équilibre retrouvé.

Ce qui est incroyable, c'est l'adaptation des codes narratifs du manga à un milieu qui ne semble pas forcément attirant et joyeux. Pourtant, on se surprend à sourire de ses relations compliquées avec son geôlier, ou, à s'attendrir plus loin de cette belle histoire d'amour. La seule chose qui m'a manqué, c'est peut-être plus de références historiques à la manière d'un Empereur du Japon (Delcourt/Tonkam). Effectivement, on les délaisse pour mieux nous imprégner dans une histoire qui souhaite être d'abord à la portée de tous.

Sinon, un petit mot sur les dessins. Ils sont très nets et éclairés, voire espacés. Les personnages ressemblent beaucoup à ce que l'on voit sur la couverture. Ici, les promesses sont tenues tout le long. Je pense sincèrement que c'est un des points forts de la série, l'identité graphique qui en émane reste charmant.

Malgré un manque d'information historique certains et qui m'a vraiment surpris sur ce genre de titre, ce manga reste un gage de qualité, tant au niveau graphique, que sur le déroulement de l'histoire en général. Peut-être un futur travail à envisager pour les Éditions Ki-Oon aux côtés des pages de bonus à la fin ? La demande est posée sur le bureau !

En bref

« J'espère qu'elle sera heureuse... »

8
Les Carnets de L'Apothicaire
Positif

Un scénario intelligent

Un contexte qui change un peu de ce que l'on trouve en Seinen

Mao Mao est marrante malgré elle

Une très belle histoire d'amour en seconde partie

Negatif

Pas grand-chose à se mettre sous la dent sur le contexte historique ou culturel de cette histoire

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (450)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire