7
Mist gears blast

par Auray le jeu. 18 févr. 2021 Staff

L'eau coule toujours entre les mains

Je me permets de vous rappeler dans cette introduction qu'il n'y a pas vraiment de fin à Mist Gears en général, car le roman est inédit en France et en français. L'arc dessiné sous forme de manga se « clôt » en deux tomes seulement. Quand on le lit, on se dit que c'est bien du gâchis, car ce deuxième volume est un cran au-dessus du premier, comprenez par là que la naïveté de Nagi, la petite fille au bras d'acier, va être mise à rude épreuve !

Effectivement, après une brève présentation des différents escadrons des Gears et de leurs fonctionnalités respectifs, on passe directement au boss de fin, si moi aussi je veux emprunter le vocabulaire aux jeux vidéo. Et, on a justement un entraînement avec la demoiselle issue de ce monde d'écran, mais l'intérêt est vraiment moindre quand le jeu n'est pas traduit en français ou bien même, en anglais. On passe certainement à côté d'une scène culte lors de ce passage.

Par la suite, la stratégie mise en place pour sauver l'élégant Monsieur Arashi se met en place. Le danger est de toute part, les membres volent, les personnes se font manger, ça va vite, et, enfin, on se dit que ça bouge ou que l'on passe aux choses sérieuses, jusqu'à la révélation finale. Puis, on nous ramène pour lire la fin au fameux livre exclusif au Japon.

Et, ce n'est pas la nouvelle inédite d'Hajime Tanaka qui va sauver le tout, elle permet d'apporter des éléments supplémentaires à cette histoire tout en explorant un peu le passé des personnages, certes, mais comment savourer le tout quand on sait que nous n'avons pas la vraie fin de toute cette histoire de disponible encore aujourd'hui ? Il n'y a eu aucune annonce de la part d'un éditeur. Est-ce les Japonais qui ont bloqué les droits ? Est-ce parce que les graphics novels représentent encore un risque d'échec à la vente ? Nous ne saurons jamais vraiment le fin mot de cette histoire aussi...

Le pire, c'est qu'en voulant rester dans un esprit fidèle à l'oeuvre originale, nous avons même l'encart publicitaire pour le roman inédit, avec un petit astérisque rappelant la mauvaise nouvelle ! De quoi être dégoûté par cet achat si nous n'avons pas lu les différentes chroniques sur Santuary.fr. C'est vraiment le chien qui se mord la queue, car, si le manga ne se vend pas, on n'aura jamais la fin en roman, et comment vendre correctement un manga séparé de sa conclusion ?

En bref

« Il existe aucun mur qui ne peut être détruit... »

7
Mist gears blast
Positif

Un scénario qui décolle dans ce deuxième tome

De belles illustrations

L'homme au haut-de-forme

Negatif

Une fin inédite ne se trouvant qu'en roman et en japonais pour l'instant (et il y a peu de chance que ça change)

Un jeu vidéo toujours en japonais, donc quand on croise son protagoniste, l'intérêt y est absolument moindre

Le rythme du récit est trop rapide

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (450)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire