3
Ayako - L'Enfant de la Nuit

par Skeet le mer. 10 févr. 2021 Staff

Dur de passer après Tezuka !

Ayako ? Ce prénom évoque peut-être pour vous quelque chose et pour cause, c'est le nom d'une des œuvres phares d'Osamu Tezuka qui a d'ailleurs eu droit à une réédition en 2018 sous la forme d'un seul tome. C'est donc une sorte de remake qui nous est proposé ici mais remis au goût du jour si on peut dire car au lieu de se dérouler en période d'après-guerre, le manga se déroule de nos jours.

Afin de pouvoir comparer cette œuvre avec l'originale, j'ai décidé de lire d'abord la version Tezuka (elle trainait depuis trop longtemps dans ma bibliothèque !) et je ne sais pas si cela a été l'idée du siècle ! Non pas que l'œuvre de Tezuka ne m'ait pas plus, bien au contraire... Mais du coup, j'ai eu beaucoup de mal à accepter ce remake tant cela n'a rien à voir. Alors quel intérêt de faire un remake si c'est pour refaire exactement la même chose ? Aucun en effet mais là, le choc est plutôt rude ! La critique qui suit est donc clairement influencée par la lecture de l'œuvre originale. Si vous ne l'avez pas lue, certains points négatifs n'apparaitront peut-être pas comme tels à vos yeux.

© 2018 Kubu Kurin

Ayako nous raconte l'histoire de la famille Tengé, un puissante famille qui possède un grand nombre de terres à Yodoyama, un village imaginaire. La famille est dirigée d'une main de fer par un père qui profite de sa position dominante pour obtenir ce qu'il veut... En effet, en échange d'un promesse d'héritage, il a obtenu de son fil aîné, Kazuma, le droit de coucher avec sa femme quand il le souhaite. Et arriva ce qui devait arriver : la femme de Kazuma est tombée enceinte et a donné naissance à Ayako. Bien entendu, ceci est un secret bien gardé mais pas pour longtemps...

Quand on commence à lire ce manga, on comprend rapidement que ce qui va être mis en avant ne sera pas vraiment le scénario ou la psychologie des personnages... Toutes les filles ont une grosse poitrine et leurs formes sont systématiquement mises en avant, même quand cela n'a pas d'intérêt. Certes, cette histoire traite entre autres de relations intimes au sein d'une famille mais contrairement à l'œuvre de Tezuka, cela prend une tournure plus voyeuriste, orientée vers que fan service basique... L'insistance de l'auteur sur ce point nous sort complètement de l'histoire et des enjeux. Rajoutez à cela une narration vraiment maladroite et vous arriverez à la fin de ce premier tome avec un sentiment de confusion assez marqué ! Après quelques recherches, j'ai vu que l'auteur, Kubu Kurin est en fait un spécialiste des manga Hentai... ceci explique cela !

© 2018 Kubu Kurin

Sachant qu'il n'y a que trois petits tomes composés de grosses cases, on se doute bien qu'on ne va pas entrer dans le détail comme dans l'œuvre originale. J'ai d'ailleurs été surpris qu'à la fin de ce premier tome, l'histoire ait aussi peu avancé ! Une grosse déception que ce manga que j'étais impatient de découvrir pour voir ce que cela donnerait dans un environnement moderne. L'œuvre de Tezuka n'a pas du tout été respectée et c'est presque une provocation qu'elle soit présentée comme à l'origine de ce manga.

En bref

Une adaptation qui, à mon sens, ne présente aucun intérêt par rapport à l'œuvre originale de Tezuka. On passe d'un manga au contexte historique fort et aux personnages bien développés à un manga racoleur pour qui le scénario de base ne semble être qu'un prétexte au fan service. Alors si vous voulez apprécier un minimum ce manga, ne lisez surtout pas la version de Tezuka avant, car ce sera la douche froide assurée !

3
Ayako - L'Enfant de la Nuit
Positif

Volonté de ne pas proposer qu'un simple copier/coller de l'œuvre originale

Negatif

Une adaptation dénuée de sens

Des dessins racoleurs et impersonnels

Narration maladroite

Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (643)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire